mardi 26 février 2008

"Un bonobús ? C'est quoi ?" (Rajoy à Zapatero, lors du débat)


> POINT DE VUE

C'est le nom populaire (et académique [es] !) d'un billet valable pour 10 trajets de métro, bus et tramway dans le réseau de transports en commun. À Madrid, il coûtait la semaine dernière 6,70 euros.

Ce fut aussi, selon le président socialiste du Gouvernement espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero, une preuve suffisante pour régulariser un immigré sans papiers lorsque gouvernait le Parti Populaire (PP) de Mariano Rajoy. C'était en tout cas l'argument déployé par Zapatero lors du débat télévisé pour expliquer, en gros, que la régularisation de son Gouvernement, sous condition d'un contrat de travail, était plus rigoureuse que celle de ses prédécesseurs.

D'où, cet échange:



- Zapatero : "Ustedes hiceron las regularizaciones con un bonobús..." ("Vous, vous avez fait les régularisations avec un bonobús...").
- Rajoy : "¿Qué es eso?" ("C'est quoi ça ?")


Le bonobús connaîtra-t-il le même destin que la baguette de pain française, dont Giscard ignorait le prix ? Ou que le café espagnol, que Zapatero estima à 80 centimes d'euro [es] ? Rien n'est moins sûr, mais il a animé la soirée, où très peu de propositions électorales ont été rappelées, et pas une seule annoncée.

Le débat n'a pas été inintéressant pour autant, les deux duellistes étant très combatifs. Je n'ai vu qu'un seul sondage, celui de l'institut Opina, diffusé sur Cuatro. 45% des interrogés pensaient que Zapatero avait gagné, 33% que Rajoy avait été le meilleur (il semblerait [es] que les autres chaînes donnent aussi gagnant Zapatero, avec une avance d'entre 6 et 14 points).

Seule différence significative pour Opina : parmi les femmes, Rajoy était à quasi égalité avec le président du Gouvernement, alors que parmi les hommes, Zapatero était loin devant. Au moins pour cette soirée, je suis assez d'accord avec mon sexe :o).

Demain la presse se déchaînera, après 15 ans à ronger son frein. Elle nous donnera les éléments sérieux à retenir, le grand bout de la lorgnette. En attendant, buenas noches.

2 commentaires:

Aldebarán a dit…

En fait je crois qu'il y a eu erreur sur le mot de la part du Président.
Ce n'est pas sur un bonobus qu'a été faite la régularisation mais sur présentation del "Abono transporte". Pour avoir cette carte orange (rouge à Madrid) il faut remplir des papiers avec nom, prénom, adresse, etc...
Ce n'est pas à la vue d'un simple billet de 10 voyages que s'est faite la régularisation.
Par ailleurs j'ai été agréablement surprise avec le débat car je pensais que j'allais m'endormir tranquillement comme celui de la semaine dernière.
Au bureau les tendances sont plutôt "rouge cramoisi" et mes collègues étaient tous assez mécontents car leur leader n'a pas été à la hauteur selon eux. Pourtant les sondages ont donné gagnant ZP.
Moi je suis d'accord avec la gente féménine. J'ai trouvé Rajoy plus incisif mais bon ... c'est juste une impression ... Son histoire finale à l'eau de rose sur la petite fille qui évolue en Espagne était trop drôle !!!!!
J'aurai bien voulu, par contre, que, profitant que nous étions des millions à le regarder, ZP nous explique vraiment ce qui s'est passé avec la négociation avec l'ETA ... Pourquoi a-t-il dit en janvier 2007 qu'il avait rompu les relations avec l'ETA aprés l'attentat de la T4 et pourquoi a-t-il avoué le mois dernier qu'il avait continué à parler avec les représentants de l'ETA ??? Dommage d'occaz de perdue ...

Anonyme a dit…

Legalización con una orden de expulsión